L'histoire du sacré de Birmanie

Découvrez l'origine et la légende du birman

L’origine :

Le sacré de Birmanie est un chat aux origines mystérieuses.

Dans les années 20 un milliardaire américains aurait dérobé un couple. Le mâle, Madalpour, mouru sur le bateau pendant le voyage.

Toutefois, il ne resta pas sans héritiers, car la femelle, Sita, donna naissance à une portée de chatons, dont une très belle femelle seal point, parfait exemplaire de la race, qui fut appelée Poupée de Madalpour.

 

D'autre vous diront que le Chat Sacré est né d’un mariage entre Siamois et Persan, l’un donnant la couleur, l’autre le poil.

Vers 1923-24, le Sacré aurait été « travaillé » par des éleveurs du sud de la France. À cette époque, on rencontrait beaucoup de Siamois gantés. Après union avec des Persans, ils donnèrent naissance à des chats gantés à poil mi-long. 

Le Birman serait donc un chat français !

La race est officiellement reconnue en 1926 par la F.I.F.E.

Apres de nombreuses recherches, impossible de trouver une quelconque preuve à cet origine.

Le chat Birman frôla en revanche l’extinction à cause de la Seconde Guerre mondiale : un couple en réchappa à partir duquel on reconstitua la race. 

La race reviendra alors au premier plan grâce au travail acharné de quelques éleveuses comme Boyer ou Simone Poirier.

La légende :

Il était une fois en Birmanie, un grand prêtre Mun-Ha vivant dans la petite ville de Lao-Tsun dans un temple Khmer bâti en l'honneur de Tsun-KyanKsé, déesse aux yeux saphir.

Déesse de la réincarnation, elle avait le pouvoir de réincarner les fidèles prêtres, nommés Kittahs, en un animal sacré après leur mort.

Aupres de Mun-Ha, meditait Sinh, son chat, un animal aux yeux jaunes et blanc de corps marqué aux pattes, à la queue et à la face d'impuretés du sol, de couleur terre.

Mais une nuit, alors que le saint lieu était un endroit paisible, des guerriers Thais , vinrent envahir le temps et tuer les religieux. 

Mun-Ha mourra après avoir été blaissé mortellement en pleine méditation, ayant à ses côtés son chat divin et sous les yeux désespérés de tous ses kittahs accablés.

Sinh sauta alors sur la chevelure de son maître et supplia la déesse de lui rendre la vie. C’était malheureusement impossible, cependant un miracle eut lieux : le pelage blanc du chat fut transformé en une fourrure couleur or et ses yeux devinrent semblables aux deux purs saphir qui ornaient le visage de la déesse.

L'impure couleur de terre de ses pattes disparut pour laisser place à un blanc pure, couleur de la chevelure de son maître défunt sur lequel Sinh était posé.

Devant ce prodige, les Kittahs trouvèrent la force, le courage et l'ardeur de repousser l'ennemis et le temple fut sauvé.

Durant sept jours, Sinh veilla sur le corps de son maître, sans manger ni boire, il mourut à son tour, emportant l'âme de Mun Ha.

Quelques jours plus tard les prêtres se rassemblèrent afin d'élir le successeur de Mun-Ha. C'est alors que tous les chats du temple, ayant subi la même métamorphose que Sinh, se dirigèrent vers Ligoa, le plus jeune des kittahs,  et devint alors le vénérable successeur.

Depuis, lorsqu'un chat sacré vient à disparaître, il emporte avec lui l’âme réincarné d'un prêtre pour son séjour éternel au paradis.